Transports routiers: une décote pour sauver les finances du CFA
Les organisations patronales et toutes les organisations syndicales (sauf la CGT)ont signé, le 17 juillet 2020, l’accord visant à retarder les entrées dans le congé de fin d’activité (CFA) des transporteurs routiers de marchandises, révèle Protection Sociale Informations (3/9). En effet, le CFA est de nouveau au bord du gouffre financier. Au point que

les partenaires sociaux – censés en négocier la refonte depuis 2017 – ont été contraints d’adopter des mesures conservatoires temporaires pour lui éviter la fermeture. «Ce n’est qu’un pansement pour arrêter l’hémorragie en attendant de savoir ce que nous allons faire de ce dispositif», observe Thierry Douine (CFTC). «Le déficit qui s’élevait à 37 millions d’euros fin 2019 pour un budget de 180millions d’euros, risquait d’atteindre 50millions d’euros fin 2020, voire 74 millions d’euros d’ici à la fin 2021», rappelle Patrice Clos, président (FO) du Fongecfa (groupe Klesia), qui en assure la gestion. Pour stabiliser le déficit, patronat et syndicats signataires ont donc décidé de limiter les entrées via la création, au 1er janvier, d’une décote/surcote. Le départ à 57 ans restera possible, mais avec 70% du salaire annuel brut moyen seulement et il faudra attendre 58 ans pour en percevoir 75% (80% à 60 ans). Surtout, les partenaires sociaux vont s’attaquer dès la mi-septembre à la modernisation du CFA, qui, selon Erwan Pouméroulie, responsable des affaires sociales de la Fédération nationale du transport routier, «n’est plus adapté à l’environnement du transport dans sa configuration actuelle.»

CFDTCFDT FGTECFDT FGTE ROUTE

 © 2013-2021 – CFDT FGTE Transports Environnement - Transport de Fonds & Valeurs

 

Administrateur - Arnaud MARGUERITAT

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation